Mont-bleu lointain

RADAMA 1er DOMPTE PAR RAMAHAVALY/ UNE EDUCATION TRES RIGOUREUSE POUR DES PRINCES.

Le roi Andrianampoinimerina s'est toujours refusé à ce les Vazaha pénètrent dans son royaume, étrangers qu'il considère notamment comme les alliés de ses ennemis du littoral. Et bien rares sont les européens qui peuvent visiter les Hautes Terres Centrales sous son règne. Cependant on trouve sur les marchés Emyrniens différents produits d'importation, grâce à une corporation de commerçants dont le travail consiste à se ravitailler dans les ports.

Quand le jeune Radama 1er succède à son père, il ouvre les portes de son royaume. Ambitieux, mais aussi soucieux de s'initier à la modernité et de montrer qu'il est "civilisé"  il commence par "déposer" les <<sampy>> royaux .Toutefois, il laisse à ses sujets le choix de garder leur foi traditionnelle ou d'adopter pour la religion des "Vazaha"....("SAMPY=AMULETTE") En tout cas, les soldats qui vont à la guerrre portent toujours sur eux leurs talismans personnels, tandis que les gardiens des fétiches royaux engagés dans l'armée, ne manquent pas de les emmener.

 

Quoi qu'il en soit, chacun est libre de croire en leurs pouvoirs. Le jeune roi, lui n'y croit pas, rapporte la tradition. Ce qui lui vaut bien des désagréments . D'abord de la part des Tsimahafotsy d'Ambohimanga, furieux de voir le roi commettre un sacrilège quand il "fait monter " sue la colline sacrée des cochons, animaux tabous.......Alors qu'il revient d'une expédition armée dans le Sud, il voit les Tsimahafotsy l'accueillir au portail d'Ambatomitsangana. Aussitôt, Ramangarano gardien de Kelimalaza, l'attaque en l'accusant " <<de salir le dieu, d'empuanter la colline sacrée avec ses cochons.">>  Le souverain

très fougueux dans sa jeunesse comme le raconte la tradition, saute de son filanjana (palanquin) monte sur le portail et vitupère " Dieu?..quel dieu.  Devant sa colère ses sujets se rétractent et demandent pardon. ce qu'il accorde volontiers, s'abstenant de distribuer ses sanctions. Depuis, dit-on, Ramangarano ne lui parle plus de Rakelimalaza et se contente de garder l'idole royal dans son clan.

 

Le deuxième incident , en fait, le roi le provoque. Il concerne Ramahavaly et ses serpents "les attirails" du fétiche . En général, Radama ne croit ni en Kelimalaza, ni en Manjakatsiroa, ni en Fantaka, ni en Ramahavaly. Un jour, dit-on, Radama envoie ce dernier soigner Andrialmary à Ambohitrondrana sans trop y croire, traitant par devers eux les Ambohidralambo de <<fous>>. Il emande par la suite qu'on ramène les <<sampy>> à Antananarivo dans les buts de tester ses pouvoirs.

Toujours selon la légende, après avoir demandé qu'on excite la légende, après avoir demandé qu'on excite sa colère, Radamaplace dur ses épaules le <<kilangala>> (hampe au bout de laquelle on juche les "sampy"). Aussitôt, <<Ramahavaly s'entortille autour de lui et le jette à terre  à plusieurs reprises >>. Le roi demande à ce qu'on le délivre , mais, soit son gardien s'y refuse, soit la <<la bête>> ne veut pas le libérer, il faut qu'il reconnaisse sa puissance pour y parvenir. Sa conviction devrait, en outre, se traduire par une offrande sacrée de <<venty sy loso sy ariary >>. C'est ainsi dit-on , que Radama croit à nouveau en Ramahavaly, démeuré <<sampy >>royal.

Quelque temps après, alors que le charpentier Legros s'évertue à construire le Palais de Soanierana, il voit passer Ramahavaly et son gardien, et se renseigne sur ses réels pouvoirs, narre-t-on. Sceptique et sans doute, pour démontrer la vanité d'une telle foi aveugle, Legros défie le <<sampy>>en combat singulier . Malgré les efforts de dissuasion du roi, il persiste dans son défi.

Rendez-vous est pris sur la Place d'Andohalo où une grande foule de Malgaches et d'Européens s'amuse. Dès que le "combat" commence <<un gros serpent comme une jambe s'enroule autour de Legros, tandis que Ramaahavaly quitte ls lieux pour rejoindre le Rova>>. Au milieu de ses cri, dit-on, Legros doit reconnaître les pouvoirs du <<sampy>> pour être libéré. Ce que Radama ordonne, car <<il n'a aucun litige anec les Vaaha et s'il n'y a eu ce défi ridicule, un tel spectacle n'aurait jamais eu lieu.

<< La  rencontre de deux personnages exceptionnels, Sir Robert Farquhart et Radama 1er joue une rôle considérable dans l'avenir de  Madagascar >>. Selon l'archiviste paléographe Jean Valette en effet, la politique suivie à partit de 1816 par le gouverneur de Maurice devait trouver un accueil enthousiaste auprès du jeune roi des Merina. Ce dernier seconde << avec opiniâtreté et lucidité >> les efforts entrepris par les Anglais pour la promotion humaine et économique de son royaume. Robert Farquhar a un désir très réél et profond de participer à la suppression de la Traite dans l'océan Indien, et cela l'amène en contrepartie à apporter une aide substantielle à l'Imerina. C'estt pouquoi, il envoie d'abord auprès de Radama 1er Chardenoux qui est rerourn dans l'île voisine fin août 1816. Le résultat de sa mission se concrétise par la présence à ses côtés des deux jeunes frères du roi, Ratafika et Rahovy. 

Le gouverneur de Maurice attend beaucoup du séjour de ces deux gens auxquels il désire faire  donner une solide instruction et une initiation aux moeurs occidentales espérant qu'à leur retour à Madagascar, ils deviennent  << les meilleurs ambassadeurs de l'influence anglaise >>. Il confie l'éducation des deux jeunes princes à un sergent écossais de l'armée des Indes, James Hastie. Pour facilité la tâche de ce dernier, il rédige des instructions sur a façon dont il la conçoit. Extraits . 

<< En premier lieu, votre but sera de gagner l'estime et la considération de ces deux jeunes gens par des soins attentifs, vigilants et paternels à tous égards, en étant particulièrement soucieux de la propreté de leur corps, de leurs vêtements, de leur logement et leur literie. Vous leur apprendrez la ponctualité et de l'exactitude de même dans les points les plus minimes concernant ces objets, qui sont importants pour assurer leur santé et pour les aides des personnes qu'ils fréquenteront (...)....Vous éviterez dans votre propre conduite de provoquer cette familiarité qui est incompatible avec une stricte obéissance  à toutes vos directives, de telle sorte que par la correction de votre comportement, vous leur donniez l'exemple et que tout manque de respect, toute inattention ou de désobéissance puisse être suffisamment marqué par l'expression de votre de votre approbation, sans qu'il vous soit besoin d'avoir recours à des mesures plus sévères (...).

Vous leur apprendrez l'anglais en tout premier lieu. Pour y parvenir, vous éviterez autant que possible qu'ils aient des rapports avec des domestiques qui parlent malgache. Dans ce but, vous ferez l'acquisition d'un vocabulaire anglais et vous noterez en marge sa traduction malgache. Vous leur ferez faire des exercices écrits sur ce vocabulaire et vous les interrogerez de telle sorte que vous-même acquériez également une connaissance de leur langue telle que vous puissiez converser avec eux sans difficulté.....<<( Vous prendrez soin à ce que personne ne s'immisce dans leurs études, ou les frappe, ou les moleste  si peu que ce soit. Vous ne leur permettrez pas de se mêler à qui que ce soit, soit blanc, soit noir. Vous ns leur apprendrez aucune farce susceptible d'ennuyer ou de troubler les domestiques. Bien au contraire, apprenez-leur à faire toutes choses par eux-mêmes, autant que cela se pourra et à être aussi peu dépendants que possible pour la réalisation de leurs souhaits (...)>>

Ces instructions s'accompagnent d'un horaire fixe déterminant le programme de la journée et du menu précisant la quantité de la nourriture quotidienne.

 

 

 

 

 

 

PELA RAVALITERA....dans note du passé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 



10/02/2020

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres